Cher Père Noël

Il y a longtemps que je n’avais pas pris contact avec toi mais je me suis souvenue d’un soir de décembre, il y a deux ans.  J’étais encore une enfant  je n’avais que cinq ans. Malgré le temps pluvieux nous t’attendions avec  impatience et tellement de bonheur !

Jean-Philippe, mon grand frère m’avait dit la veille que le   père Noël n’existait pas, que ce n’était qu’une fête de famille et que tout le monde nous  prenait pour des « billes » en  nous faisant croire en lui. Ca les arrangeait bien car  ainsi, s’ils ne trouvaient  pas ce que nous avions commandé, ils se retranchaient derrière  lui.  Mais  mon frère critique toujours tout. Il n’empêche que  même lui avait mis sa chaussette  près de la cheminée chez  Mamie. C’était là encore une tradition, Papy Roger  faisait  du feu dans la cheminée une seule fois dans  l’année et c’était  pour cette occasion.  Ainsi le  père Noël pouvait se fier à la fumée car  les étoiles  n’éclairaient pas suffisamment. Nous étions en hiver  et souvent  il pleuvait des cordes alors  les étoiles  ben…  on n’en voyait  pas une et la  seule lumière provenait du sapin qui scintillait dans la pièce.

Je gardais quand  même  l’espoir car même s’il avait raison, je voyais bien mes  parents  parler à voix  basse et je suis sûre qu’ils étaient en train de concocter  la liste des cadeaux avec le  père Noël, le pauvre il ne  pouvait pas savoir ce qui nous ferait plaisir, il fallait  l’aider.

Jean-Philippe avait commandé une casquette à carreaux genre gavroche et un pantalon très large avec des bretelles.

Moi, modestement je voulais depuis  longtemps  un tableau représentant un paysage de neige, des montagnes, des grands  sapins  enfin un autre décor que notre  plat pays du nord de la France.

Mamie, de son côté  préparait un pumpernickel comme toujours. Personne n’aimait vraiment  ça  mais  on faisait semblant de s’extasier. Elle semblait tellement heureuse, nous disant que  ce pain se  mangeait en famille et  à Noel, il faisait  parfaitement  l’affaire avec les  huitres. Moi je m’en fichais  je n’aimais ni ce pain ni les huitres. On me donnait un petit  bout de saumon fumé  humm !! Je me régalais.

Dans notre chaussette, on trouvait aussi un petit paquet de crottes en chocolat.  C’était un mélange de chocolat noir  et au lait.  Je préférais celles au lait et ça tombait bien, car Jean-Philippe se ruait sur  celles au chocolat noir.

Le meilleur moment de cette soirée  revenait toujours  au doux rire de Mamie quand elle faisait semblant de  découvrir  son cadeau :

Oh ! Mes enfants comme  vous  m’avez gâtée, il ne fallait pas, mon parfum préféré  OPIUM de  Yves Saint Laurent !

Et puis bien sûr  notre « croqueur de croquettes »  comme nous  l’appelions tous,  était de la fête.  Notre chat  Mitzou venait régulièrement chercher son petit bout de gigot en se  mettant  à nos pieds et le regard implorant.

Quelle jolie histoire que ces réunions où nous étions  heureux. Nous avions trouvé  la clé du bonheur : être tous ensemble  réunis et  mangeant et riant en ce merveilleux soir de  Noël.

Maintenant, c’est un peu différent. Nos  parents se sont séparés  dans l’année et on ne sait plus trop aujourd’hui chez  qui nous allons aller fêter Noël, mais nous serons ensemble Jean-Philippe et moi c’est déjà super….

Marie Chevalier

14 commentaires

  1. Ah l’enfant du divorce… il pourrait y avoir deux Noël, puisque deux cheminées à présent ,-)

  2. c’est ainsi qu’il arrive qu’on fête 2 Noël la même année !

  3. Deux “Noël” pour le prix d’un pour les enfants du divorce, mais que de séquelles psychologiques !

  4. Je leur souhaite à ces enfants ne pas leur gâcher cette petite fête à cause d’une mésentente !

  5. Un Noël qui ne sera pas tout à fait le même que celui de l’enfance .

  6. Dur dur les enfants après le divorce mais au moins ça fait double et cadeaux et noël……

  7. délicieuse lettre qui renvoie à des souvenirs. Quand aux séparations, même pas bien comprises des enfants, elles valent sûrement mieux que l’illusion d’une famille unie quand il n’y a que des coups à prendre ! et les bleus à l’âme font autant de mal même s’ils ne se voient pas. Bon père noël ils vont bien trouver un bon compromis hein si tu leur apportes de bons sentiments plus que des cadeaux …

  8. les séparations et divorces sont souvent bien difficiles à vivre pour les enfants. Heureusement chez une nièce, l’enfant est aimé de tout coeur chez papa et sa nouvelle femme et chez sa maman . Ton texte est émouvant et que souhaiter sinon que les enfants devenus adultes soient toujours proches. Bises

  9. Que la paix de Noeel règne dans cette maison.. le Père Noel amènera le reste !
    Jolie lettre

  10. Comme ils sont doux les souvenirs d’enfance …… J’ai beaucoup aimé cette lettre.

  11. La vie des enfants n’est pas toujours facile. Si seulement les parents dans leur mésentente pouvaient faire en sorte de divorcer “normalement” et que les enfants n’en soufrent pas. Même à Noël.
    J’ai beaucoup aimé le grand frère qui dit que …

  12. Ils auront le double de cadeaux , ces enfants même s’il leur manquera l’essentiel: la famille réuinie!

  13. Oh, je suis émue devant cette soeur et ce frère soudés ! Le divorce des parents ce n’est pas la fin de tout quand les parents font ce qu’il faut pour se respecter l’un l’autre même s’ils ne s’aiment plus et pour protéger leurs enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.