Chère Liliane,

Avant d’aller plus loin et hésiter, tergiverser, je te déclare tout mon amour, celui des amoureux, des amants, et des compagnons âgés.

Je suis heureux ! tu as découvert cette missive dans la boîte à bijoux fantaisie de ta maman, celle où trônait le collier aux pierres bleues que tu lui avais offert pour une fête des mères. J’espère que le papier n’est pas trop jauni et surtout que toi mon aimée, tu as toujours ces yeux d’azur qui m’ont tant captivé.

Dans cette lettre, je voudrais te rappeler notre histoire, notre mariage et les années de vie commune. Je viens d’avoir 80 ans, mon chat noir et blanc, vient de mourir, je suis fatigué, et cette sale impression que mes jours à vivre sont peu nombreux.

Dans ma famille, nous étions un peu taiseux, papa, toujours à son poste de gendarmerie, toujours à son travail et maman bien souvent triste depuis le décès de sa petite fille chérie. J’ai grandi, travaillé beaucoup avant d’ouvrir une boutique de fruits et légumes. Et toujours seul, maman pensait qu’il me fallait une épouse pour m’aider, moi qui passait la plupart du temps dans la boutique. Et nous nous sommes rencontrés grâce au curé. Si jamais je ne t’ai fait de grande déclaration d’amour, malgré ma timidité, nos corps se sont trouvés vite et bien. Il suffisait que je te regarde pour que tu deviennes enceinte.

Les enfants naissaient, petits poussins, tendres et coquins et moi, absorbé par la boutique, puis par la mairie (adjoint au maire), je te laissais, seule et courageuse, s’occuper de nos cinq enfants. Tous sont grands maintenant, et mariés, et parents. Plus d’une fois, nous avons gardé les petits enfants et j’ai fait ce qui n’avaient pas été faits avec les enfants, construction de petits bâteaux, de personnages en pâte à modeler, jeux de fléchettes… Et toi, pourtant, j’ai continué à vivre avec toi, plus silencieux, sans cadeau pour nos cinquante ans de mariage (toujours ronchon et empêtré), sans bras autour de ta taille.

Aussi chère Liliane, si tu trouves cette lettre, sache que j’ai toujours regretté ma timidité. Quand je voulais ouvrir mes lèvres pour te dire une gentillesse, c’était une plaisanterie un peu bête qui s’échappait. Les enfants riaient.

Chère Liliale, en ce jour de Saint Valentin, je voulais t’avouer, que bien avant que le curé ne nous présente, je t’avais déjà vu, jeune femme moderne qui conduisait déjà une voiture et marchait de façon décidée, et te suivais quelquefois, les doux soirs le long de la Moselle quand tu te promenais avec tes parents. Chère Liliane, sache que mon cœur a toujours battu pour toi.

Ton amour, Pierre

Liliane est morte début janvier 2019.Sa petite fille, Emilia, vient de découvrir la lettre au fond de la boîte à bijoux. Elle y croit au Paradis. Liliane a rejoint Pierre, ils vivent en s’aimant. Et Elle, Emilia, porte le coffret bien serré contre son cœur.

Durgalola (Petite graine)

 

14 commentaires

  1. Il l’a tant aimé sa Liliane, la mort ne sépare pas les amoureux, j’aime à le croire aussi…

  2. Quelle jolie déclaration ! L’amour perdure même dans la mort…

  3. Une déclaration qui a du bien émouvoir sa petite fille Emilia

  4. Une belle lettre qui m’a émue

  5. Magie de l’écriture, qui prend son ancre et son encre dans la vraie vie, gomme la timidité et grâce à laquelle l’amour devient intemporel et éternel !

  6. 😛 une lettre touchante et bien entendu qu’il faut croire que les ames se retrouvent au paradis…

  7. Dommage que Liliane ne l’est pas lue avant ou peut-être l’as t-elle fais mais gardée précieusement ?? C’est très beau

  8. Une histoire attendrissante !

  9. C’est vraiment très beau et très touchant ! j’aurais bien aimée être cette petite fille Emilia … Quel beau témoignage pour elle !
    J’aime à croire aussi que Liliane l’a lue et remise dans le coffret…

    Merciiii !

    Bisous

  10. Quelle belle trouvaille pour sa petite fille !

  11. bouh….que c’est émouvant!

  12. Très belle histoire ! Liliane savait, même sans les mots, même sans lettre. Ce sont des sentiments que l’on ressent. Un bonheur pour Emilia cette lettre. Savoir que l’Amour peut s’écrire avec un grand A

  13. Même si les mots n’y étaient pas, ta lettre est très émouvante et je te remercie de l’avoir partagée avec nous.

  14. quelle lettre et scénario émouvants … bravo !

Répondre à jamadrou Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.