Monsieur le Père Noël,
À vous qui êtes le gardien de traditions poétiques depuis des milléniums, l’objet de souvenirs heureux, la source de contes, légendes et folklores depuis les saturnales de la Rome antique en passant par la fête des fous au Moyen-âge, je vous adresse cette lettre, sachant que votre pouvoir est sans limites quand règne, sur terre, l’atmosphère de Noël.
Serait-il possible qu’au cours de l’année deux mille vingt deux, vous apportiez à l’humanité qui a connu tant de violence, d’abjections, d’ordures révoltantes et qui a franchi tant d’obstacles afin de s’élever au rang des dieux, la surprise de trois magnifiques cadeaux. Je sais, c’est beaucoup vous demander, mais je crois en la magie de Noël.
Tout d’abord, la découverte d’un vaccin créant une frontière entre l’homme et les virus les plus virulents, redonnant l’espoir et le droit d’exister dignement jusqu’au grand départ auquel nul ne peut se dérober.
Ensuite, un grand pas dans la réalisation d’un rêve futuriste, la réinvention des transports en commun, aériens, silencieux capables de déplacer les voyageurs à la vitesse de l’avion. Afin que cessent les heures d’attente dans les couloirs des métros , à trente mètres sous terre, les bousculades sur les quais, les rames surchargées. Rendez nous ce privilège de nous déplacer librement au grand air.
Et enfin, s’il vous plaît, que nos instances mondiales s’entendent afin de lutter contre la perte progressive de nos valeurs et écrivent la déclaration universelle des Droits des animaux pour que reviennent, dans nos campagnes, oiseaux, abeilles, batraciens … pour que vivent, heureux, chats, chiens, fauves et autres créatures, pour que cesse, sur la planète, l’extinction de tant d’espèces animales, et que l’homme moderne laisse une place à la vie sous toutes ses formes.
Et pour moi, pour moi toute seule, rien que pour moi, une voiture de luxe avec chauffeur, qui viendrait, à ma demande, se garer devant mon portail, une Jaguar par exemple, que je conduirais à ma guise dans les rues de ma ville, sur les routes qui traversent nos forêts, sur celles qui longent la Seine comme le fait la Reine d’Angleterre, dans le parc de Buckingham palace, une voiture que mon chauffeur reconduirait chaque fois dans son mystérieux garage.
Et pourquoi pas, un attrape-rêves, pour des nuits bleues, des nuits douces, des nuits heureuses au Pays des merveilles, au Pays imaginaire et sur la Terre du Milieu.
Aussi, Cher Père Noël, je vous attendrai patiemment, la nuit du vingt quatre décembre pour que, si vous en avez le temps et la possibilité, nous partagions ensemble, près de la crèche enveloppée de l’odeur de pétrichor s’exhalant du lit de mousse où repose le divin enfant, un repas de noël avec dinde aux marrons, haricots et café chaud, vous à qui l’on demande tant d’efforts sans jamais penser à vous réconforter.
Je ne sais comment et dans quelles mesures vos lutins et vos rennes vous aideront à réaliser tous les souhaits qui de nos maisons montent vers vous, mais je fais confiance à votre infinie générosité et à l’Avenir.
Celle qui attend Noël.
Celle qui espère.

9 commentaires

  1. Belle demande pour la planète, sans s’oublier, sourire….

  2. En période de Noël, tous les rêves sont permis, il faut garder l’espoir !

  3. quelle jolie lettre (sauf le souhait de la jaguar, quoique cela m’ai fait sourire car c’est un rêve d’enfant).
    Je vais avoir beaucoup de mal à choisir trois courriers.
    Joyeux Noël. Bises

  4. Il fera bon sur la planète, petite, si ton bon et beau rêve est exaucé !!! Super !

  5. Penser à tous et aussi à soi-même , ce sont des souhaits louables!

  6. que tout cela serrait chouette si le père Noël avait ce pouvoir mais qui sait? la magie de Noël est depuis des siècles incontestable !

  7. Très belle lettre, magnifiquement écrite ! Merci Anne et bcp de bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.