Cher père Noël,

Il y avait bien longtemps que je ne t’avais pas écrit une petite lettre pour garder
le contact avec toi. J’ai l’impression que ça va faire des milléniums. Il est vrai
que ni toi ni moi ne rajeunissons, n’est-ce pas ? Je suis certain que tu vas te
souvenir de moi. Je vais t’expliquer.
Je devais avoir dix ans et j’avais placé au-dessus de mon lit, juste le 24
décembre, un attrape-rêve. Je voulais qu’il te renvoie ce que je rêvais d’avoir le
lendemain. Je m’étais dit que c’était une chance de plus d’avoir le cadeau que
je voulais. D’accord ce ne serait plus vraiment une surprise mais enfin je croyais
fermement que dans la crèche que Maman avait faite, j’y trouverais entre les
moutons, les bergers, un CHIEN.
Quelques jours auparavant, mes parents buvaient un café dans la cuisine et ils
discutaient de ce qu’ils allaient faire pour le repas de Noël. Forcément, ils
évoquèrent la fameuse dinde, mais cette fois mon père n’en démordait pas : ce
sera un gigot d’agneau et rien d’autre, tu veux bien me faire plaisir ? et Maman
qui ne savait rien refuser avait dit oui en souriant.
— Tu les voudras avec des haricots, je suppose, pour ne pas faillir à la tradition
de ta mère, ajouta-t-elle en riant cette fois.
L’atmosphère était à la fête, le temps n’était pas très beau mais ça sentait bon
le pétrichor, et j’adorais ça. Ça changeait un peu de l’odeur de poubelle où l’on
entassait les ordures en attendant leur ramassage.
J’étais assez content de ne pas manger de dinde, je n’aimais pas cela mais je
devais faire un effort car chez nous on ne tolérait pas la perte de nourriture,
nous n’étions pas très riches et tout avait de l’importance.

Enfin, cher père Noël, je t’ennuie avec mes histoires de gamin mais tu sais ce
serait divin si tu pouvais m’amener un autre CHIEN. Je te jure de t’écrire tous
les ans. Je te demande pardon de ne pas l’avoir fait depuis douze ans
exactement, mais pour ce Noël, je compte sur toi car celui que tu m’avais
apporté il y a douze ans est parti rejoindre le paradis des chiens, peut-être l’as-
tu croisé ?
Merci Père Noël.

Marie Chevalier

8 commentaires

  1. Il a l’air d’y tenir à son nouveau chien…. un « cadeau » qui se mérite !

  2. Un chien p’tit gars, ce n’est pas un jouet, Il faudra s’en occuper, pour de nombreuses années !

  3. tendres pensées ; perdre son chien est si triste ;
    je souhaite qu’en te levant samedi matin, tu entendes un petit aboiement ou vois une petite queue rigolote, à moins qu’on ne te donne rendez-vous dans une SPA pour adopter un chien.
    J’apprécie beaucoup ta lettre. Bises

  4. J’espère de tout mon ♥ que tu l’auras, petit, ce chien !!! Tu m’as l’air tellement gentil !!! Espère !!!

  5. De beaux souvenirs ;un petit chien en cadeau, c’est super mais il faut bien y réfléchir car ce n’est pas un jouet.

  6. FÉLICITATIONS et mille bravos Marie !!!

  7. Félicitations ! elle m’a touchée cette demande dont je savais qu’il prendrait soin de cette vie à partager pendant de nombreuses années encore …

  8. Comment ne pas être émue par cette magnifique lettre ? Père Noël n’est pas une ordure, il saura combler le petit. Merci Marie, j’aime !
    Gros bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.